Paris Match Belgique

Balades champêtres à Jurbise

Le château blanc à Jurbise, autrefois dénommé « la grande mairie », classé depuis 1991. | © ©Guy Focant

Voyages

La commune de Jurbise est située au cœur de la province du Hainaut. Appartenant à l’arrondissement de Mons, l’entité abrite six localités rassemblant 10 500 habitants : Erbaut, Erbisœul, Herchies, Jurbise, Masnuy-Saint-Jean et Masnuy-Saint-Pierre.

 

Par Florence Pirard

Le village de Jurbise, autrefois presque exclusivement rural, a acquis aujourd’hui une typologie plus urbaine. Jurbise est citée dans les pouillés (registres des bénéfices écclésiastiques) des abbayes de Cambron, de Saint-Ghislain et d’Aulne. De nombreuses fermes occupaient alors le territoire. Elle était également le siège de la seigneurie de la grande mairie, fief direct du seigneur de Lens. Les familles de Lens, de Resseghien, de Gavre, Rolin, de Berlaimont, d’Egmont et d’Egmont Pignatelli l’ont successivement occupé.
Le patrimoine de Jurbise comprend de nombreuses fermes, des édifices religieux et des potales, des châteaux et des bâtiments civils. Trois d’entre eux sont classés : l’arbre à clous de Herchies et, à Jurbise, le château blanc et le presbytère.

Le patrimoine civile

Le château blanc à Jurbise, autrefois dénommé « la grande mairie », est une vaste construction en briques, en majeure partie bâtie au début du XIXe siècle. Le porche-colombier est incorporé au logis et recouvert d’un comble brisé en pavillons. La grange en long date, quant à elle, de 1728. L’édifice a été classé comme monument en 1991.

Le château des Viviers est également situé à Jurbise, au lieu-dit le Chêne du Berger, sur la route d’Ath en venant de Mons. Il est entouré d’un grand parc de 24 ha agrémenté d’arbres remarquables où se trouvaient des étangs et viviers. La construction du château date du XIXe siècle, bien que des armoiries avec la mention « 1728 » aient été retrouvées dans la bâtisse. Il s’agit d’un château de style éclectique, comprenant une chapelle admirablement restaurée. En 1909, le prince Albert, futur roi des Belges, y loge avec son épouse lors d’exercices sur le camp militaire de Casteau. En 2004, après quelques années d’abandon, le château est racheté par un particulier qui le rénove. A cette occasion, un potager médiéval est installé dans le parc et l’orangerie est transformée en musée de la poupée.

Introduisant la rue de la gare à Jurbise, en contrebas du viaduc, l’ancien château Michelet est daté de 1843 au linteau de la porte. Il est établi en léger retrait de la voirie et accompagné d’un jardin emmuré. Durant la Première Guerre mondiale, une « Kommandantur » y est installée, ainsi qu’un bureau du travail pour les vingt et un villages des entités de Brugelette, Chièvres, Jurbise et Lens.

Le château du Puis de Watremont est implanté au cœur du village de Masnuy-Saint-Jean. Le grand portail, datant de la fin du XVIIIe siècle et qui mène à l’avant-cour emmurée, est de style classique. Le bâtiment est composé de sept travées en briques et pierre bleue. Les deux niveaux d’élévation sont percés de baies de type tournaisien. A la fin du XIXe siècle, l’édifice est réaffecté en maison communale et en école pour garçons. Il abrite aujourd’hui les locaux du CPAS de Jurbise.

Lire aussi >Trésors wallons : Le Fort de Loncin, la mémoire d’une tragédie

Le patrimoine religieux

L’église Saint-Pierre de Masnuy, construite en 1782. ©Guy Focant

Précédée d’un large emmarchement, l’église Saint-Eloi de Jurbise est bâtie en contre-haut et en retrait de la chaussée. Elle est accompagnée d’un ancien cimetière clos. Cette église de style classique est datée par un chronogramme de 1774 situé sur le portail. L’édifice se termine par un chœur à chevet plat. L’intérieur est sobre et épuré.

L’église Saint-Pierre de Masnuy-Saint-Pierre, construite en 1782 en style classique, est entourée de son ancien cimetière. L’édifice, présentant une belle homogénéité, est composé d’une tour de façade, d’une nef de trois travées avec collatéraux et d’un chœur flanqué d’une sacristie. En face de l’église Saint-Pierre, le presbytère, construit à la fin du XVIIIe siècle, est classé depuis 1984. Il abrite une porte sculptée en 1918 par un soldat écossais. Récemment restauré, il a été reconverti en habitation.

La gare de Jurbise

Construite en 1898. ©Guy Focant

Particulièrement bien implantée et accompagnée de deux dépendances, la gare de Jurbise est construite en 1876 dans un style éclectique teinté d’esprit cottage. C’est l’une des plus belles de la province. Ce nouveau bâtiment prend la place de celui de 1841. Il est situé en face d’un ancien hôtel-restaurant et d’anciens cafés. De silhouette asymétrique, il comporte un corps central à trois niveaux. Il est encadré d’un côté par une courte aile avec une fenêtre en façade, et de l’autre par une aile nettement plus longue de huit fenêtres. La gare se distingue par son aspect décoratif lié à l’utilisation en alternance de briques jaunes, de briques rouges et de pierre calcaire, à ses châssis et aux décors en céramique placés en médaillons, aux allèges ou dans l’intrados des arcs. A l’arrière, une marquise métallique est toujours en place.

lire aussi >Sortie ce week-end : Et si on se baladait dans la campagne nivelloise ?

Un petit air de vaudou en terre wallonne

Le chêne à clous Saint-Antoine de Herchies, surnommé « el Quêne à Claus ». Les clous et loques du même arbre. ©Guy Focant

Il est un folklore wallon qui attire toujours autant la curiosité et la sympathie. Bien que planter un clou dans un arbre pour guérir, clou qui y sera souvent accompagné de milliers d’autres, ne soit scientifiquement pas défendable, la tradition a traversé le temps jusqu’à nous. Pratique rurale par excellence, on aurait pu croire qu’elle n’était plus qu’un lointain souvenir. Pourtant, quand on examine en détail les vieux troncs, de nouveaux clous bien brillants côtoient discrètement leurs aînés, témoins d’une croyance qui a la vie dure.

Interface entre le ciel et la terre, l’arbre possède une symbolique extrêmement riche : passeur de messages, vecteur de vie, doté d’un pouvoir de guérison. Le principe de la guérison par transfert est simple : un clou en fer (ou une loque) est frotté contre la partie du corps souffrante. Le matériau réputé maléfique attire et retient les émanations négatives. Celles-ci sont transférées à l’arbre puis annihilées par celui-ci lorsque le clou y est enfoncé.

Plusieurs arbres à clous ou à loques sont célèbres dans nos contrées. Le chêne Saint-Antoine de Herchies (Jurbise), surnommé « el Quêne à Claus », est un illustre représentant de la pratique. Toujours utilisé par les habitants de la région, le chêne originel aurait été planté au XVIIe siècle. La ferveur populaire est parfois si forte que, lorsqu’un arbre à clous est malade ou sur le point de s’effondrer, il est remplacé par un de ses voisins proches. Le chêne à clous près de la potale dédiée à saint Antoine de Padoue est en réalité un tout jeune individu, le premier ayant été abattu par la foudre en 1961. Quelques années auparavant, le propriétaire du terrain avait planté à ses côtés un arbrisseau. Le tronc du vieux chêne, couché sur le sol et en train de pourrir, a été récupéré vers 1964 et est entré dans les collections du Musée de la vie wallonne à Liège, comme l’a d’ailleurs été le tilleul de Soleilmont (Gilly), aux 70 000 clous.

Aujourd’hui, les villageois viennent toujours invoquer les forces de la nature, souvent en dernier recours, mais pas toujours. En effet, comme le disait en 1959 une habitante de Herchies, « il existe d’excellentes pommades antibiotiques qui vous font le même effet dans les huit jours, mais c’est probablement moins gai ».

Organisez votre visite

Le château des Viviers, implanté dans un somptueux parc arboré. ©Guy Focant

Des balades thématiques sont proposées aux amateurs de marche. Ces circuits balisés vous permettront de découvrir tous les villages de l’entité. Charmant musée, le Petit Monde magique de la musique mécanique vous emmènera à travers les XVIIIe, XIXe et XXe siècles pour découvrir le charme d’antan de ses boîtes à musique, ses automates, ses poupées… Tout ce que vous y verrez et entendrez vous enchantera. Un petit moment agréable en perspective.

www.jurbise.be/loisirs/sports/parcours-promenades/parcours-promenades.pdf
www.musee-musique-mecanique.be

 

CIM Internet