Paris Match Belgique

Trésor wallon : Immersion entre Famenne et Ardenne

Trésor wallon : Immersion entre Famenne et Ardenne

La chapelle Saint-Roch à Soy. | © DR

Voyages

Erezée, Manhay, Rendeux : trois communes qu’il est agréable de connaître.

 

Par Frédéric Marchesani

Au nord de la province du Luxembourg, au cœur de l’Ardenne et de la Famenne, se trouvent trois communes au patrimoine certes discret, mais surtout riche et varié. La majeure partie de ce territoire est en effet ardennaise, mais une autre se trouve dans la Calestienne. Ces communes, constituées après la fusion de 1977, comptent une multitude de villages et hameaux. La commune d’Erezée a intégré les anciennes communes d’Amonines, Mormont et Soy. La commune de Manhay a fait de même avec les anciennes communes de Dochamps, Grandménil, Harre, Malempré, Odeigne et Vaux-Chavanne. La commune de Rendeux a, pour sa part, intégré les anciennes communes de Beffe, Hodister et Marcourt. Les villages se situent dans la vallée de l’Ourthe et sont également arrosés par l’un de ses principaux affluents, l’Aisne.

Trésor wallon : Immersion entre Famenne et Ardenne
Le village de Marcourt, comme bien d’autres dans la vallée de l’Ourthe, invite à des promenades bucoliques. © DR

Particulièrement vallonnée, la région s’étend entre 180 et 643 m d’altitude. Côté patrimoine, il serait fastidieux d’en détailler toute l’ampleur. Pour l’anecdote, le territoire des trois communes n’abrite pas moins de vingt et une églises et trente-deux chapelles. Voici, dès lors, quelques morceaux choisis caractéristiques du patrimoine ardennais.

Lire aussi > Trésors wallons : Le Fort de Loncin, la mémoire d’une tragédie

Le patrimoine religieux

L’influence de l’Ancien Régime est visible dans le patrimoine conservé dans la région. Le territoire de l’ancien duché de Luxembourg, grosso modo le territoire de l’actuelle province du Luxembourg et du Grand-Duché de Luxembourg, était en effet caractérisé par une importante ferveur populaire. Les calvaires et chapelles se comptent par centaines dans cette verte province. Ces témoignages servaient également de repères dans le paysage et pour les villages, à une époque où ils étaient nécessaires pour se déplacer.

Trésor wallon : Immersion entre Famenne et Ardenne
Petite chapelle ouverte à Vaux-Chavanne, objet de la ferveur populaire caractéristique du Luxembourg. © DR

Dans l’ancienne commune de Soy (Erezée) se trouvent deux charmantes chapelles. À Fisenne, remarquable hameau caractérisé par son ancien château-ferme, on trouve la chapelle Saint-Rémi. Installée au centre d’un cimetière, entourée d’une nature verdoyante, elle a été bâtie en 1713 et servait alors de chapelle castrale. Sur la façade principale subsiste une pierre aux armes des bâtisseurs du sanctuaire, Antoine-Georges de Fisenne et son épouse Louise de Voes, seigneurs des lieux. Leurs dalles funéraires voisinent avec celles de plusieurs de leurs ancêtres à l’intérieur de la chapelle. L’édifice est également orienté étrangement : la tradition locale nous apprend que le portail de l’église a été dirigé vers l’entrée du château afin que Louis de Voes, souffrant de rhumatismes, puisse assister à l’office depuis le balcon de sa chambre.

Trésor wallon : Immersion entre Famenne et Ardenne
La chapelle Saint-Rémi de Fisenne, implantée en pleine nature. © DR

À Soy, l’église Saint-Martin voisine elle aussi avec un ancien château-ferme. Cet édifice néoclassique a été érigé en 1858 mais a conservé la tour de l’ancienne église, millésimée 1633. Le village compte également une chapelle dédiée à saint Roch. Construite dans un joli parc arboré en 1896, elle se situe à l’emplacement d’un ancien cimetière de pestiférés où une chapelle avait été bâtie en 1607. Elle marque le souvenir du fléau qui, à l’Epoque moderne, frappa durement cette région. À l’arrière de l’édifice, on jouit d’un splendide panorama sur les vallées de l’Isbelle et de l’Ourthe.

À Dochamps (Manhay), l’église Saints-Pierre-et-Paul est un beau sanctuaire du milieu du XVIIe siècle. Sous l’Ancien Régime, le décimateur et collateur de la paroisse de Dochamps était la collégiale Sainte-Croix de Liège. Eloignée, mais riche et puissante, elle récoltait la dîme du village ardennais et en choisissait le prêtre. L’intérieur a été en grande partie restauré entre 1949 et 1951, afin d’effacer les dégâts causés quelques années auparavant lors de l’offensive des Ardennes.

Trésor wallon : Immersion entre Famenne et Ardenne
L’église Saints-Pierre-et-Paul de Dochamps. © DR

À Marcourt (Rendeux), l’église Saint-Martin a été bâtie eu moyen de moellons de schiste au XVIIe siècle. La tour opaque englobe toutefois les vestiges d’une tour romane. Elle est coiffée d’une flèche octogonale d’ardoises qui se place sur un niveau en charpenterie qui abrite les cloches. À l’intérieur, le mobilier nous donne plus de renseignements sur l’époque où a été construit l’ensemble. Le maître-autel baroque porte la date de 1673 et l’un des autels latéraux est millésimé 1653. Le confessionnal, de style Renaissance, a pour sa part été réalisé en 1643.

Le patrimoine civil

L’Ancien Régime a bien entendu également laissé de fortes traces dans le paysage en termes de patrimoine civil. Les anciennes seigneuries de Fisenne et de Soy possédaient ainsi un château, toujours présent actuellement. Le château-ferme de Fisenne a été reconstruit dans dans la première moitié du XVIIe siècle au départ d’un donjon médiéval. La seigneurie, tenue par les seigneurs de Fisenne, est citée depuis 1089. L’aile ouest abrite une ancienne grange en large qui a conservé, à l’angle nord-ouest, une échauguette circulaire percée d’arquebusières. Elle témoigne de l’importance défensive des lieux car elle servait de poste de garde.

Trésor wallon : Immersion entre Famenne et Ardenne
Le logis du château de Fisenne et son échauguette. © DR

Plus loin, à Soy, le château-ferme abritait quant à lui une cour de justice. La ferme a été reconstruite au début du XVIIIe siècle mais, inachevée, a conservé un remarquable logis gothique qui aurait probablement dû être démoli. Dans la partie nord de l’ensemble, on trouve encore les vestiges de l’ancienne prison, qui rappellent que c’est à cet endroit que la justice seigneuriale était autrefois rendue.

Les affres de la guerre

Manhay et sa région ont fait partie des villages qui ont souffert lors de l’hiver 1944-1945 et de la célèbre bataille des Ardennes. De ces temps difficiles subsistent plusieurs témoins. Dans le village de Grandménil, au rond-point de la route d’Erezée, on peut admirer un char Panther allemand. Ce blindé fut un des premiers à combiner trois composantes essentielles d’un char d’assaut : mobilité, puissance de feu et protection. Abandonné par l’armée allemande en déroute, ce char est en quelque sorte devenu un monument commémoratif. Dans le même village, un musée retrace les événements de l’offensive. Ce centre d’interprétation flambant neuf, inauguré en septembre 2018, aborde la bataille des Carrefours ou bataille de Manhay, qui eut lieu entre le 23 décembre 1944 et le 7 janvier 1945. Il évoque les unités américaines qui ont libéré les villages de la région.

Trésor wallon : Immersion entre Famenne et Ardenne
À Manhay comme dans bien d’autres localités, le souvenir de la bataille des Ardennes demeure. © DR

Infos : Manhay History 44 Museum, voie Habotte 2 à 6960 Grandménil – +32 (0)86 43 46 71

Préparez vos balades

Avec Houffalize et La Roche-en-Ardenne, les communes d’Erezée, Manhay et Rendeux sont couvertes par la maison du tourisme du Cœur de l’Ardenne. Le parc naturel des Deux Ourthes offre des panoramas et des balades splendides en toute saison. La maison du tourisme propose ainsi près de 2 200 km de promenades balisées via des cartes qui peuvent être commandées en ligne.

Trésor wallon : Immersion entre Famenne et Ardenne
Une vue du village de Marcourt, depuis les hauteurs. © DR

Infos : Coeur de l’Ardenne

CIM Internet