Paris Match Belgique

Balades à Nassogne, Tenneville et Wellin

Sainte-Gertrude à Tenneville. | © Guy Focant

Voyages

Au cœur de la province du Luxembourg, trois belles communes ardennaises méritent une visite.

 

Par Florence Pirard

L’entité de Nassogne s’étire entre terre de schiste et terre de grès, entre collines, plateaux et forêts, de la bordure de la Famenne (Marche) vers le cœur de l’Ardenne (Saint-Hubert). Les villages et hameaux sont nombreux : Ambly, Bande, Forrières, Grune, Harsin, Lesterny, Masbourg et Nassogne. La commune marque une frontière climatique entre l’ensemble des régions de Belgique soumises au climat maritime et la haute Ardenne, au climat proche du climat continental.

Ainsi, en hiver, lorsqu’il neige à Nassogne, il pleut à Forrières et dans les environs. L’ensemble de la commune a une économie rurale, tournée vers l’agriculture, l’exploitation des forêts (sylviculture, scieries, anciennement saboteries) et l’élevage. Le tourisme de proximité venu des provinces belges s’y est développé dans la seconde moitié du XXe siècle. Le village de Forrières a connu une destinée un peu différente en raison de l’installation du chemin de fer, dès le XIXe siècle, et du développement des carrières et d’une usine de transformation de la chaux.

Au centre du village de Nassogne, la collégiale Saint-Monon est entourée d’un vieux cimetière désaffecté. L’ensemble est classé. La première construction remonte aux VIIe et VIIIe siècles, pour recevoir les pèlerins visitant la tombe de saint Monon. Le bâtiment actuel, surmonté d’un très beau clocher bulbeux de 1782, date de 1662. Le sanctuaire a subi de nombreux remaniements au cours des siècles. La dernière grande restauration, en 1948-1949, est consécutive à la destruction partielle du sanctuaire durant l’offensive von Rundtstedt, en 1944.

Lire aussi >On vous emmène en balade à Aubange, Messancy et Musson

La collégiale Saint-Monon de Nassogne. ©Guy Focant

Nassogne : Un village martyr

Le village de Bande, dans l’entité de Nassogne, a particulièrement souffert en 1944, lors de la retraite des Allemands pendant la bataille des Ardennes. Le soir de la veille de Noël, trente-quatre jeunes gens originaires de la localité et des villages voisins furent lâchement assassinés dans une maison en ruines le long de la N4 par des SS allemands. Un mémorial a été érigé en leur mémoire à l’endroit du massacre, la « cave » présentant sobrement la photographie de chacune des victimes.

Le projet « Bande, massacre du 24 décembre 1944… Souviens-toi ! » a été retenu pour la commémoration du 75e anniversaire de la bataille des Ardennes. Une belle reconnaissance pour cette collaboration entre l’Office communal du tourisme de l’entité de Nassogne, le Comité de mémoire et le Cercle historique, avec le soutien de la 7e compagnie matériel de Marche-en-Famenne et de l’asbl Bastogne Mémorial.

Le projet consistait en la mise en valeur du site avec réaménagement et implantation d’un panneau didactique, création d’une bande sonore en trois langues et réalisation d’une publication, d’un document pédagogique, d’une capsule vidéo, d’une page internet et d’un recueil de témoignages. C’est ainsi que les murs du tunnel sous la N4 ont été décorés avec des graffs relatant cet événement tragique. Le 16 juin 2019, de jeunes artistes se sont souvenus. Avec l’art qui les caractérise, ils nous montrent comment ils perçoivent ce massacre qui marqua à jamais le village.

 

©Guy Focant

Organisez votre visite 
Nassogne propose, par sa situation géographique et la quiétude de ses lieux, de nombreux attraits à ses visiteurs. La forêt, l’une des plus belles d’Ardenne, reste le domaine privilégié d’une faune abondante de cerfs, biches, chevreuils et sangliers. Parsemée de collines et de vallées, l’entité de Nassogne est une terre idéale pour la balade et la randonnée, offrant des paysages mystérieux sous les brumes et les neiges d’hiver. Les amateurs de produits du terroir ne manqueront pas de faire un saut jusqu’à Ambly pour y découvrir la brasserie artisanale Saint-Monon.

INFOS
www.nassogne.be/loisirs/tourisme/office-communal-du-tourisme

Tenneville, la discrète

La commune de Tenneville est située au cœur d’un carrefour, à la barrière de Champlon, entre la N4, qui relie Arlon à Bruxelles, et la N89, qui relie Saint-Hubert à La Roche-en-Ardenne et coupe le territoire communal en quatre parties. L’économie traditionnelle y est sylvicole, le paysage fermé : c’est l’Ardenne et ses sommets. A l’est, plusieurs villages et hameaux se partagent le tiers oriental de la commune, essentiellement tourné vers l’agriculture.

Tenneville compte des chapelles, des maisons et des fermes intéressantes, ainsi que plusieurs murs en pierre sèche. Les villages et hameaux de l’entité sont nombreux : Berguème et Ortheuville, situés au bord de l’Ourthe occidentale ; Cens ; Champlon et sa célèbre barrière ; Erneuville, qui abrite la plus vieille église de la commune, Saint-Pierre, d’origine romane ; Laneuville-au-Bois ; Mochamps, un hameau isolé de sept maisons ; Ramont, Tenneville, Tresfontaine, Wembay et Wyompont.

L’ancienne église paroissiale Sainte-Gertrude est entourée d’un vieux cimetière emmuré conservant de nombreuses croix des XVIIIe et XIXe siècles, et dont l’entrée est ponctuée d’un rang de tilleuls. Depuis la destruction de la nef et du chœur survenue dans les années 1980, seule subsiste la tour, datée par ancres de 1682, année de construction ou, peut-être, d’une restauration. Elle est classée depuis 1985.

Une campagne de fouilles a été entreprise en 1957-1958. Elle a révélé l’emplacement d’une nécropole pré-romane (VIIIe-Xe siècles), sur laquelle trois édifices ont été successivement construits : une église romane (Xe-XIe siècles) subsistant jusqu’au XVIIe siècle, époque d’une nouvelle construction (1682 ?), suivie de l’érection de l’église moderne en 1851-1855, conservant la tour millésimée. Outre de nombreuses tombes de diverses périodes, un four à cloches et un trésor de 224 pièces d’or et d’argent des XVIe-XVIIe siècles y ont également été découverts. Actuellement, des murets retracent le plan de la nef et du chœur construits au XIXe siècle.

Organisez votre visite
A Tenneville, écartez-vous quelque peu de la voie rapide pour découvrir un espace de tranquillité au cœur de l’Ardenne. Pays du cerf et de la cigogne noire, Tenneville offre un paysage au relief marqué entre rivières et forêts, dans le parc naturel des Deux Ourthes et la grande forêt de Saint-Hubert. Le syndicat d’initiative Champlon-Tenneville et ses partenaires vous proposent différentes activités liées à la pratique du bain de forêt. Vous pouvez également profiter des nombreux itinéraires de balade pédestre et randonnée VTT dans la commune. Des topoguides et une carte sont disponibles.

Dépaysement à Wellin

Wellin a été pendant dix siècles une des principales propriétés de l’abbaye de Stavelot-Malmedy. Blottie entre Ardenne, Famenne et Calestienne, la commune enchante par la beauté et la diversité de ses paysages et de son patrimoine bâti. Les petits villages ruraux regorgent d’anciennes maisons en pierres bleues ou de pignons en colombages : Barzin, Chanly, Fays-Famenne, Froidlieu, Halma, Lomprez, Neupont, Sohier et Wellin.

Le noyau historique de Wellin est circonscrit par les rues qui entourent l’église Saint-Remacle. Sa puissante tour carrée, qui joua sans doute un rôle de donjon, a vu son porche reconstruit en 1766. Le quartier est aujourd’hui beaucoup plus calme, car le centre du village s’est déplacé vers le sud où de nouvelles routes se croisent devant l’hôtel de ville, formant la Grand-Place.

En bordure de la carrière du Fond des Vaulx, toujours en activité, un four à chaux classé et très bien conservé rappelle le passé industriel du lieu. Les fours à chaux, les carrières de pavés, de pierre de taille et de marbre ainsi que les usines à scier et polir employaient plus de 120 ouvriers à la fin du XIXe siècle. Cette activité florissante était liée à l’exploitation d’un banc de calcaire de très bonne qualité. De nos jours, celui-ci est toujours exploité sous forme de concassés. Les fours à chaux du XIXe siècle, à façade calcaire appareillée, sont situés en bordure des carrières et adossés à la colline bordant la vallée au nord.

Lire aussi >A la découverte de la petite ville d’origine de Thorgan et Eden Hazard au riche patrimoine

©Guy Focant

Au nord de Chanly, la colline de Jeumont, située à environ 270 mètres d’altitude, était surmontée, il y a quelques années encore, par une croix monumentale en pierre calcaire dont la base formait une chapelle. Le lieu a été utilisé par la Résistance durant la guerre afin de cacher des aviateurs américains dont le bombardier s’était écrasé dans la région. La croix a été édifiée en 1897. La fréquentation de la chapelle diminua et, par la même occasion, son entretien. La croix s’est effondrée, usée par le temps, vers 1985.

Organisez votre visite 
Avec ses 3 524 ha de forêts, Wellin offre de nombreuses balades à faire à pied, à cheval ou en VTT. De quoi se ressourcer. Sohier, l’un des Plus Beaux Villages de Wallonie, invite à découvrir son patrimoine bâti. Durant la belle saison, il est fleuri comme nulle part ailleurs.

INFOS
www.wellin.be/loisirs/tourisme

CIM Internet