Paris Match Belgique

Le bois de La Cambre s’empare de féérie avec une patinoire et des illuminations pour les fêtes

bois de la cambre plaisirs d'hiver

Image d'illustration. | © Unsplash.

Voyages

De multiples activités hivernales se sont ouvertes vendredi dans le bois de La Cambre, pour sa première participation à la 20e édition de l’événement de fin d’année Plaisirs d’hiver. Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close inaugurera en fin de journée les illuminations, qui éclaireront les différents sites jusqu’à 23h00 tous les soirs jusqu’au 9 janvier.

Les activités sont proposées en collaboration avec le Théâtre de Poche, la discothèque des Jeux d’Hiver, la brasserie de la patinoire et les lieux de restauration que sont Le Chalet Robinson, Woodpecker, Le Kiosque et Le Flore. Elles seront accessibles sur présentation du Covid Safe Ticket (CST). Le port du masque est obligatoire à compter de 6 ans, conformément aux dernières directives du Comité de concertation.

Lire aussi > « Brussels by lights » : Un chemin de lumière féérique long de 18 km va s’emparer de Bruxelles

La patinoire comme les autres attractions sont accessibles de 11h00 à 20h00. Il y a notamment des manèges et une piste de curling près de la patinoire et des Jeux d’hiver, situés à proximité de l’entrée du bois par l’avenue Louise. De plus, cinq installations lumineuses déployées autour du lac, parmi lesquelles un planétarium, s’allumeront à compter de 17h00 et jusqu’à 23h00 tous les soirs. Entre ces deux sites, un grand toboggan est mis en place près du bar Le Flore.

Toujours dans le cadre des Plaisirs d’hiver, une fresque a par ailleurs été inaugurée jeudi en fin de journée à hauteur du numéro 21 du boulevard Anspach, dans le centre de Bruxelles, par Karine Lalieux, la ministre en charge de Beliris, l’entité fédérale tournée vers la construction publique pour la capitale, et les échevines bruxelloises Lydia Mutyebele (Logement) et Delphine Houba (Culture, Tourisme et Grands événements).

Avec l’oeuvre « Mécaniques Discursives », le graveur bruxellois Fred Pennelle, décédé depuis l’initiative du projet, et le vidéaste franco-suisse Yannick Jacquet vivant à Bruxelles proposent de voir en journée une composition graphique tirée des techniques de la gravure ancienne. À la nuit tombée, de 17h00 à 22h00, des animations vidéo sont projetées sur la façade qui a servi de support. La fresque restera visible pendant cinq ans.

CIM Internet