Paris Match Belgique

Trésors wallons : Bertogne, découverte Ardennaise

trésors wallons

Prairies, bois et étang entourent le château de Rolley. | © Guy Focant.

Voyages

Dans la province du Luxembourg, entre La Roche et Bastogne, la commune de Bertogne possède un atout touristique de premier plan : sa situation en pleine nature.

Par Frédéric Marchesani / Photos Guy Focant

De bien belles promenades pédestres ou en VTT permettent de découvrir les vingt-deux villages et hameaux de la commune, qui rassemble depuis la fusion de 1977 celles de Bertogne, Flamierge et Longchamps. Côté patrimoine, outre deux châteaux, une ferme et une chapelle classés comme monument, elle compte quelque quatre-vingts biens recensés à l’inventaire du patrimoine immobilier culturel. On y trouve quelques églises récentes des XIXe et XXe siècles, comme à Flamierge et Roumont, et de nombreuses exploitations agricoles caractéristiques de l’architecture rurale ardennaise.

Le château Casaquy

Principale bâtisse du hameau de Roumont, il a été érigé en bordure de la chaussée Marie-Thérèse. Cette voie d’importance a été construite au XVIIIe siècle, sous le règne de l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, qui était également duchesse de Luxembourg, pour relier Bruxelles à Luxembourg-Ville. Le domaine a été édifié en 1764 par Henri-Ignace Casaquy et son épouse Marie-Françoise Collard, probablement sur les bases d’une maison seigneuriale plus ancienne. La demeure, également appelée relais Casaquy ou château de Roumont, a eu l’honneur de la visite, le 4 juin 1781, de l’empereur JosephII, fils de Marie-Thérèse d’Autriche, qui est venu y prendre le déjeuner. 

Le château est composé de divers corps de bâtiments qui composent un ensemble imposant. Construit presque en angle et donnant accès à la cour intérieure et, dès lors, aux bâtiments, un large porche-colombier cintré fait face à l’église du village. De part et d’autre de celui-ci s’étendent des dépendances basses sous toitures d’ardoises, jusqu’à atteindre une imposante grange située sur la gauche. Celle-ci porte le millésime «AO 1764» et une girouette aux armes des Casaquy. Un harmonieux logis de style classique lui est parallèle et affiche un double corps de cinq travées. À front de route, contre le pignon de la grange, on admire un grand Christ surmontant la remarquable dalle funéraire du constructeur des lieux et de son épouse, respectivement décédés en 1811 et 1814, à côté de celle de leur petite-fille Constance Casaquy.

Outre l’empereur, bien d’autres illustres personnages sont passés par cette demeure seigneuriale. Ce fut notamment le cas de François-René de Chateaubriand, en 1792, et du comte d’Artois, futur roi de France Charles X, qui à cette occasion fit un don à l’église Saint-Grégoire. Enfin, le futur chancelier autrichien Metternich passa ici à la fin du XVIIIe siècle alors qu’il occupait le poste d’ambassadeur auprès de l’archiduc Charles de Lorraine, gouverneur général des Pays-Bas autrichiens.

tresors wallons
Le château Casaquy, dans le hameau de Roumont. Photo Guy Focant.

Le château de Rolley 

Fief du comté de La Roche et arrière-fief du duché de Luxembourg sous l’Ancien Régime, la seigneurie de Rolley s’étendait sur une dizaine de villages. De ce passé prestigieux subsiste un grand domaine comprenant une exploitation agricole, aujourd’hui transformée en gîte rural, et le très beau château seigneurial, situé à l’arrière et entouré d’eau. 

Entre 1291 et 1578, la seigneurie est aux mains de la famille de Bolland. Elle passe ensuite aux Schönenbourg. La forteresse, édifiée en moellons de grès sur un éperon rocheux dominant de 25 mètres une vallée étroite aux versant abrupts, était autrefois entourée de palissades en bois appelées «rollais». Cette particularité pourrait avoir donné son nom à la seigneurie, puis au hameau.

Le château est entouré d’une fortification, aujourd’hui en ruines. Celle-ci adopte un plan étiré du nord au sud, plus ou moins en forme d’œuf, renforcé d’une épaisse courtine à l’ouest et d’un rempart à l’est. Le château actuel est situé entre la courtine méridionale et l’ancien donjon. Cette bâtisse a été érigée en 1733, comme l’indiquent des ancres présentes sur la façade. Elle est greffée à la tour de la chapelle. Enfin, précédant la forteresse au sud, la ferme domaniale a été reconstruite aux XIXe et XXesiècles, tout en ayant conservé un noyau du XVIIIe siècle groupant une bergerie et un logis. Elle a depuis été reconvertie en gîte rural. Le château constitue quant à lui une propriété privée qui n’est pas accessible à la visite.

La chapelle Sainte-Aldegonde

Flamisoulle est un des nombreux hameaux de la commune de Bertogne. Avant la fusion de 1977, il dépendait de l’ancienne commune de Longchamps. Il abrite une pépite: la chapelle Sainte-Aldegonde. Malgré sa fière allure d’église, n’étant pas le siège d’une paroisse, elle ne possédait que ce titre. Entouré de son petit cimetière emmuraillé, protégé par un badigeon blanc, ce sanctuaire compte une seule nef de trois travées terminée par un chevet à trois pans. L’édifice pourrait remonter à 1626, mais il est fort probable qu’il ait été modifié au XVIIIe siècle, comme le suggère l’encadrement des fenêtres. À l’intérieur et à l’extérieur, on trouve de nombreuses dalles funéraires de la famille Machuray, seigneurs des lieux et maîtres des postes sous l’Ancien Régime. La chapelle abrite un remarquable autel polychrome avec dorures, orné de pilastres et de statues en bois, le tout dominé par une représentation en bois doré de sainte Aldegonde de Maubeuge, patronne des lieux. Née vers 630, elle est la sœur de sainte Waudru, patronne de la ville de Mons. En 659, elle se retire dans un monastère mixte qu’elle a précédemment fondé dans la ville française de Maubeuge. C’est là qu’elle meurt le 30 janvier 684. Devenue sainte, on l’invoque contre les crampes, la fièvre, les maux de tête et les maladies contagieuses.

tresors wallons
Guy Focant.

L’ancienne ferme Rosière 

Champs est l’un des autres hameaux de la commune. Avant la fusion de 1977, il dépendait de Longchamps. Il s’étire le long du ruisseau et d’un vieux chemin reliant Bastogne à Tenneville. Son centre abritait autrefois une église, abandonnée puis détruite lorsque, dans les années 1920, une nouvelle chapelle dédiée à saint Martin fut érigée un peu plus loin. De l’ancienne église subsiste le cimetière emmuraillé entouré de verdure. À l’arrière de celui-ci se trouve l’édifice le plus remarquable du village. Cette ferme, quelque peu isolée des autres constructions, possède un très beau logis érigé vers 1800. La façade principale, de trois travées sur deux niveaux, est éclairée par des baies à encadrement de schiste avec simulation de linteau bombé. La maçonnerie a été élevée en moellons du pays. Le logis est protégé par une toiture de cherbins, de grandes ardoises aux contours partiellement arrondis, un matériau typique de la région. À côté, on trouve des dépendances agricoles longues et remaniées, bien que présentant une architecture similaire.

Un beau projet de restauration

 La chapelle Sainte-Aldegonde de Flamisoulle a fait l’objet de deux belles campagnes de restauration. En 2018, les élèves de la section plafonnage du centre d’éducation et de formation en alternance (CEFA) de l’Institut Notre-Dame Séminaire de Bastogne (INDSÉ) ont travaillé à la restauration de l’intérieur de l’édifice. Cette formation pratique s’est déroulée sous la houlette d’Eddy Pierret, artisan de la chaux et formateur au Centre des métiers du patrimoine La Paix-Dieu (Agence wallonne du patrimoine), à Amay. Après avoir réparé les diverses fissures, les apprentis plafonniers ont appliqué un mortier de chaux et de paille de lin sur les murs et plafonds. L’année suivante, la même équipe a procédé à la restauration des murs extérieurs du sanctuaire: ceux-ci arborent depuis un manteau blanc composé de trois couches de badigeon de chaux. Il s’agit ici d’un bel exemple de collaboration entre la Direction de la formation de l’Agence wallonne du patrimoine et le secteur scolaire de la formation en alternance.  

Préparez votre visite

Le pavillon du tourisme de Bertogne vous propose quinze balades à pied, balisées et à thèmes (histoire, sentier didactique…). Une carte y est disponible, ainsi que dans les commerces de la commune. Deux circuits VTT digitalisés
ont également été mis au point.

INFOS 

Pavillon du tourisme, Rond Point 28A à 6687 Bertogne

+32 61 21 72 82 – www.bertogne-tourisme.be

CIM Internet