Paris Match Belgique

Havelange : avalanche de richesses

La ferme-château de Chantraine classé en 1983 | © Guy Focant

Voyages

À découvrir en ce début de printemps, un patrimoine discret ou prestigieux qui s’inscrit dans de magnifiques paysages.

 

Par Florence Pirard / Photos Guy Focant

Située dans la province de Namur, à la frontière avec la province de Liège, la commune de Havelange est composée de neuf villages (Barvaux-Condroz, Flostoy, Jeneffe, Maffe, Méan, Miécret, Porcheresse, Verlée et Havelange) et de divers hameaux (Bormenville, Chantraine, Doyon, Failon, Gros-Chêne, Montegnet et Ossogne).

L’entité de Havelange est bordée par les communes de Gesves, Ohey, Hamois, Somme-Leuze et Clavier. L’agriculture reste l’une des principales composantes de la commune : près de 65 % de la superficie de Havelange est occupée par des terrains agricoles, 28 % par des bois. D’ailleurs, les Havelangeois proposent depuis longtemps de nombreux produits du terroir (fromages, cultures maraîchères diverses…).

Le patrimoine de Havelange est riche et diversifié. La commune comprend six biens classés, dont un arbre remarquable. Elle abrite également des centaines d’éléments repris à l’inventaire du patrimoine immobilier : lavoir, glacière, potale, église, ferme, château, ferme-château, manoir, croix d’occis, forge, fontaine…

La ferme des Tilleuls de Havelange

©Guy Focant

En contrebas de l’église Saint-Martin, l’ancien château-ferme constitue un repère important du village, en raison notamment de ses volumes ponctués de deux tourelles d’angle. Cet ensemble clôturé, construit en grès et calcaire, remonte pour l’essentiel à la deuxième moitié du XVIIe siècle, mais fut sensiblement aménagé à la fin du XVIIIe siècle par le percement de nouvelles baies au logis et l’exhaussement en grès des parties anciennes.

Certains remaniements de baies ont également été opérés au XIXe siècle, comme l’attestent les fenêtres rectangulaires présentes sur les différentes parties constituantes. Entre 1982 et 2000, d’importantes restaurations et reconstructions sont menées sur l’ensemble, en vue d’une nouvelle affectation dévolue aux activités et services d’ordre social, associatif et culturel. Le lieu abrite actuellement le centre culturel de Havelange, le foyer des jeunes, la bibliothèque communale Papyrus, la ludothèque Ludomino, le centre culturel Fernand Pater, l’espace public numérique et le siège régional de la Fondation rurale de Wallonie. La cour rectangulaire a été réaménagée en 2004.

Le château de Ramezée à Barvaux-Condroz

 Le château de Ramezée, un très bel ensemble de style classique. ©Guy Focant

Enclave luxembourgeoise en terre liégeoise, la seigneurie de Ramezée parvint au XVIIIe siècle à Pierre Grégoire de Vivario, nommé baron du Saint-Empire par Joseph II en 1782. Sa famille occupa les lieux jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Isolé dans les campagnes au sommet d’une colline qui marque la limite du Condroz et de la Famenne, ce château de style classique en grès et calcaire fut érigé en plusieurs temps aux XVIIIe et XIXe siècles, puis remanié aux XXe et XXIe siècles.

Le pavillon chinois, datant du milieu du XIXe siècle, situé dans le parc du château de Ramezée. ©Guy Focant

Il forme un ensemble homogène en U. L’ensemble est complété de divers volumes agricoles indépendants : grange en grès et calcaire du XIXe siècle, dépendances en colombage vraisemblablement de la fin du XVIIIe siècle et petit bâtiment circulaire néoclassique du début du XIXe siècle, abritant un puits. À l’écart, un pavillon chinois datant du milieu du XIXe siècle, issu du parc du château de Xhos, a été remonté à Ramezée en 2000. Le château est une propriété privée qui ne se visite pas.

La chapelle Saint-Jean-l’Évangéliste de Doyon

Planté sur une butte arborée où se détache un vénérable tilleul, cet intéressant édifice roman date sans doute du XIe siècle. Il est composé d’une petite nef carrée et d’un chœur plus étroit et fort étiré, au chevet plat. Cette ancienne chapelle d’hôpital ou de relais dédiée à saint Jean l’Évangéliste est devenue, vraisemblablement vers le milieu du XVIIe siècle, un oratoire public. La bâtisse fut restaurée vers 1920 par le père Braun de Maredsous.

Aux côtés de la chapelle, un tilleul exceptionnel a sans doute été planté vers le milieu du XVIIe siècle pour symboliser le changement de titularisation de l’oratoire. En 1983, sa survie fut malheureusement compromise à la suite d’une taille excessive. En vue de sa sauvegarde, l’arbre a bénéficié en 2004 d’un dispositif de stabilisation financé par le Petit Patrimoine populaire wallon. La chapelle ainsi que ses abords sont classés comme monument et site depuis 1977.

Le château de Flostoy

©Guy Focant

Situé au creux du vallon du ruisseau de Barsy, il est entouré d’un parc paysager conservant les vestiges de larges douves. Érigé en style néoclassique dans le premier tiers du XIXe siècle à partir d’une construction antérieure, vraisemblablement du XVIe siècle et du XVIIIe siècle, ce solide volume quadrangulaire est bâti en briques et calcaire et comprend deux niveaux et demi d’élévation. La demeure est isolée dans un parc partiellement entouré de grilles, interrompues par des piliers d’entrée en calcaire. Le château de Flostoy est une propriété privée qui ne se visite pas.

L’église Saint-Lambert de Jeneffe

Fermant un côté de la petite place du même nom, l’église paroissiale Saint-Lambert est un sanctuaire néoclassique bâti en 1859-1860. Des niches abritent des statues peintes de saint Pierre et saint Paul.

Le château-ferme de Chantraine

Isolé sur un sommet, ce château-ferme bâti en calcaire et ceinturé de douves est muni de tours d’angle. L’ensemble intègre par ailleurs une ancienne église paroissiale dédiée à saint Étienne. Dominant le site, l’imposant logis date de la fin du XVIe ou du début du XVIIe siècle. À l’intérieur, d’anciennes structures en colombage, datées de 1500-1510 par dendrochronologie, témoignent de l’existence d’un édifice antérieur. Le bâtiment comprend deux niveaux de six travées.

Contre le logis, l’ancienne église Saint-Étienne, érigée aux XIe-XIIe siècles, comporte une nef unique terminée par un petit chœur quadrangulaire éclairé par une baie en plein cintre. Elle a été remaniée entre le XVIe et le XVIIIe siècle : percement d’une porte millésimée en 1587, baies de 1756 et création d’une tribune mitoyenne du logis (fin XVIe ou début du XVIIe siècle) notamment. À épingler : le vestige d’un rare cadran solaire romain, remployé en pied de l’élévation, côté cour. Le château de Chantraine ainsi que la chapelle castrale et l’ensemble formé par ces édifices et les abords sont classés comme monuments et site depuis 1983.

Organisez votre visite

La maison du tourisme Destination Condroz-Famenne est située dans les locaux de l’office du tourisme de Ciney. Accessible tous les jours de 10 h à 16 h durant la saison touristique, elle est à votre disposition pour la préparation et l’organisation de votre séjour : conseils touristiques, brochures, cartes promenades, circuits VTT, offres hôtelières et de restauration. Envie d’une balade insolite dans la nature ? Le sentier d’Art en Condroz-Famenne est pour vous !

Ce circuit de grande randonnée s’étend sur plus de 141 km sur les communes de Ciney, Gesves, Hamois, Havelange, Ohey et Somme-Leuze. Il est ponctué de près de 50 œuvres appartenant au courant artistique du land art, apparu dans les années 1960 : l’artiste intervient directement sur l’espace et les composantes du paysage et de la nature avec des matériaux naturels (branches, roches, feuillages, foins, etc.), et l’installation évolue avec le temps jusqu’à son éventuelle biodégradation. Il s’agit donc bien souvent d’œuvres éphémères.

La boucle de 140 km est balisée et comprend douze circuits familiaux allant de 7 à 16 km. Ces petites boucles (non balisées) sont détaillées sur une carte de promenades.

Le parc du château de Ramezée offre de très beaux points de vue sur la région. ©Guy Focant

INFOS
www.destinationcondroz.be

 

CIM Internet