Paris Match Belgique

L’Ommegang, un rendez-vous avec l’Histoire qui se vit partout dans le centre de Bruxelles

Sur la Grand-Place se rejouent des moments historiques de la ville en costumes d'époque | © BELGA PHOTO THIERRY ROGE

Voyages

Le premier soir de l’Ommegang ce mercredi a été un véritable succès. Les représentations sur la Grand Place seront certainement toutes sold-out. Mais le spectacle se vit aussi au cœur du centre historique de la capitale belge.

Entre 15.000 et 20.000 personnes ont assisté mercredi à l’ouverture des festivités de l’Ommegang à la Grand-place, sur la place du Grand Sablon et dans le parc royal, selon Paul Legrand, président de l’association Ommegang.
Le cortège dans les rues et le spectacle ont attiré de nombreux touristes, mais aussi des Belges qui découvrent l’Ommegang. « J’habite aujourd’hui à Uccle et c’est la première fois pour mes parents, qui viennent de Plombières« , confie Alexia Rensonnet (28 ans). « C’est important de se souvenir du passé. Bruxelles a déjà été importante à une époque, et c’est appréciable de revoir cette histoire mise en scène ». Parmi toutes les personnes qui font l’Ommegang, un nom se détache : Stéphane Bern. « On est content de voir Stéphane Bern, surtout qu’il va bien dans le thème« , commente un jeune Ixellois de 32 ans, qui vient pour la première fois à l’Ommegang à l’occasion de son anniversaire. « Beaucoup de gens sont venus de Paris rien que pour Stéphane Bern », commente Paul Legrand. « Il était déjà venu il y a 5 ans. On a eu des grands noms, mais les gens nous parlent beaucoup de lui ». Si le public est enchanté de retrouver le présentateur français, lui aussi vit ces retrouvailles avec entrain : « Je suis doublement ravi ! J’ai, comme vous le savez, la passion de l’histoire, et j’éprouve également énormément d’affection pour la Belgique et les Belges. Quand on me l’avait proposé, il y a 5 ans, j’avais tout de suite dit oui car l’Ommegang n’est pas seulement une reconstitution historique célébrant l’hommage des Bruxellois à Charles Quint mais aussi l’élan de toute une population bruxelloise, et belge, pour leur histoire et la Grand-Place. Il n’existe plus tellement d’occasions, aujourd’hui, de fédérer les énergies et de se rassembler juste pour la beauté du geste. Le geste au sens le plus moyenâgeux du terme. L’Ommegang crée du lien, cela m’a tout de suite frappé : les gens se parlent beaucoup, attendent parfois des heures ensemble, vérifient leur costume, partagent un même élan« .

Stéphane Bern adore ces moments où il se plonge dans l’époque avec costumes et élégance.
© BELGA PHOTO THIERRY ROGE

Quatre jours pour célébrer l’Histoire

Et s’il était besoin de rappeler combien l’Ommegang se veut une grande fête pour tous, les festivités dureront, pour la première fois, 4 jours. C’est donc du mercredi au samedi, du 5 au 8 juillet, avec deux soirs de représentation le mercredi et le vendredi, que l’Ommegang illuminera la capitale. La fête battra son plein au Parc Royal, au Sablon, près de la Bourse…. Le public se plongera dans l’ambiance du XVIe siècle, fasciné par les costumes, les chevaliers, les échassiers, les drapeaux… Une plongée dans l’Histoire avec, cette année, des parfums et des rythmes des Caraïbes. Cuba, pays invité, donnera à l’Ommegang des couleurs de mer et de soleil, une chaleur qui rejoindra celle qui traverse, depuis toujours, cette célébration. La Fête sera belle.

À lire aussi  : Stéphane Bern : « Emmanuel Macron a la vraie noblesse de cœur »

Si L’Ommegang se veut une reconstitution historique fidèle, avec son lot de nouveautés et d’ajustements chaque année, la fête bat son plein alentours. Et cette année, elle durera 4 jours ! Parc Royal, Sablon et rues avoisinantes de la Grand-Place attendent tous ceux qui ont envie de vivre intensément cet événement unique :

  • Le Parc Royal accueille différents stands dont celui de Cuba, invité d’honneur, du Kiwanis, du Royal Break…
  • Le Village Renaissance : la vie d’antan avec des démonstrations de barbier, forgeron, ferronnier… et même chirurgien ! Sans oublier les très attendus tournois de chevalerie et les spectaculaires joutes équestres, les combats de chevaliers, les démonstrations d’escrime, de tir à l’arc, de tir à l’arbalète… Un vrai retour dans le temps. Du 5 au 8 juillet, Parc Royal, de 12 à 21 h.
  • Le concours de tir à l’arbalète : organisé avec l’ancien Grand Serment Royal et Noble des arbalétriers de Notre-Dame du Sablon et les arbalétriers du Grand serment royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles, il est devenu un événement très attendu durant l’Ommegang. Le gagnant, selon la tradition, fera son entrée sur la Grand-Place avec sa flèche d’or durant le défilé officiel. Le mercredi 5 et vendredi 7 juillet, les soirs de l’Ommegang, à 19h 20, sur le parvis de l’église du Sablon.
  • Le Marché Renaissance, derrière la Bourse de Bruxelles : des artisans venus de partout en Europe feront découvrir une multitude de produits se référant au XVIe siècle : bijoux, armes, céramiques, cuir, costumes…Ouvert de 12 à 21 h du 5 au 8 juillet.
  • Le Rallye de l’Ommegang : en collaboration avec le BTC, Belgian Triumph Club et le British Oldtimers Belgian Club BOBC , une balade de voitures anciennes sera organisée, avis à tous les propriétaires ! Le samedi 8 juillet avec traversée de la ville, animations et dégustations. Infos et inscriptions avant le 1er juillet. www.triumph-belgium.be

À lire aussi : Les petits princes de la famille royale belge ont bien grandi

The Royal Break : La terrasse chic de l’Ommegang

Terrasse éphémère durant les quatre jours de festivités, espace lounge ouvert à tous les publics en journée comme en soirée, The Royal Break retrouve cette année l’événement pour une ambiance détendue et en musique. Jad Touimi fait le point.
« Ce sera la 2e édition pour cette terrasse désireuse de dynamiser le Parc Royal et d’attirer un public diversifié et aussi plus jeune. L’occasion de boire un verre juste à côté des joutes et du spectacle. La 1e édition a eu un gros succès et nous avons eu le plaisir de voir défiler un public très varié. L’après-midi ce sont des familles, après 17 h il s’agit d’un public assez jeune d’afterwork, pour finir dans une ambiance festive et musicale jusqu’à 2 h du matin en ayant l’opportunité de se restaurer, de danser, de s’amuser. Nous passons cette année à 350 m2, du mercredi au samedi. Tout le monde est le bienvenu mais la sécurité sera très attentive pour que l’événement se passe au mieux. The Royal Break n’a pas cette appellation par hasard bien sûr, nous savourons un moment de délassement et de joie devant le Palais Royal, pendant l’Ommegang. Il est rare de rencontrer un tel événement réellement éphémère, ça n’arrive qu’une fois par an, pendant « que » 4 jours!
The Royal Break, Parc de Bruxelles (à l’angle de la rue Royale et de la Place des Palais). Du 5 au 8 juillet de 12 h à 2 h du matin.

L’Ommegang : une bière racée pour un événement prestigieux

En 2011, la brasserie Haacht, partenaire de longue date de l’Ommegang, a brassé une nouvelle bière à l’effigie de l’événement. Noble de goût et étonnante par ses arômes, elle se laissera découvrir tout au long des 4 jours de festivités. Pour Baudouin van der Kelen, arrière petit-fils du fondateur de la brasserie familiale,  créer une bière « Ommegang » était logique. « Liée à cette institution qu’est l’Ommegang, elle se devait d’avoir du caractère et de la noblesse, elle fait donc partie de la gamme de nos bières Charles Quint qui, elles, ne sont pas refermentées. Mais nous avons voulu marquer le coup en poussant un pas plus loin, notamment avec les ingrédients, 3 houblons différents dont de l’houblon belge à plus de 50 %. Nous y tenons, cependant tous les houblons ne sont pas belges car nous avons besoin de certains houblons aromatiques. Il s’agit d’une bière raffinée de dégustation, à 8 % d’alcool. » De là à dire que la bière rencontre tous les standards de l’époque, il est évidemment difficile de le jurer : « Au Moyen-Age ou à la Renaissance, on buvait 2 types de bières : celles pour le travail au champ, très légère, presque de l’eau bouillie puisque boire de l’eau, à l’époque, comportait des risques d’infection. C’est aussi l’une des raisons pour laquelle on buvait trois fois plus de bière qu’aujourd’hui. On buvait également des bières plus fortes, des bières de fête et de célébration et c’est en cela que l’Ommegang aurait probablement beaucoup plu. Par contre, les bières de l’époque étaient assez plates et souvent brassées sans houblon. Ce qui est certain, c’est qu’il s’agissait de bières à fermentation haute. La fermentation basse est utilisée principalement pour des pils et est apparue fin XIXe, début du XXe siècle », nous explique-t-il. Et si vous voulez découvrir l’Ommegang en dehors de l’événement, aucun souci. Elle se marie d’ailleurs très bien avec divers mets. « Avec ces arômes d’agrumes et son goût floral et épicé, elle se marie très bien avec les poissons et crustacés mais aussi des fromages tels le chèvre, la mozzarella ou encore les fromages à graines de moutarde. Avec des asperges à la flamande ou des maatjes c’est juste extraordinaire ! »

(Avec Gilda Benjamin et Belga)

Mots-clés:
Stéphane Bern Ommegang
CIM Internet