Paris Match Belgique

Guihome : le Namurois nous emmène découvrir les bonnes adresses de sa ville

Balades et coups de cœur de GuiHome. | © DR

Voyages

L’humoriste et entrepreneur s’y entend pour parler des bouillonnements de la capitale wallonne. Son Festival « Namur is a Joke » a attiré les foules.

Dans son numéro du jeudi 28 septembre, Paris Match Belgique sort une édition spéciale la ville de Namur, capitale de la Wallonie. Riche d’un beau patrimoine et dominée par sa Citadelle, la ville déploie se charmes ! Rencontre avec son humoriste en chef.

Paris Match. Entre tournée, série avec Pablo Andres et festival, vous n’en finissez plus de faire rire le public.
GuiHome. Mon équipe et moi-même avons mis toute notre énergie dès les débuts du projet de « Namur is a Joke ». Au sortir de la pandémie, nous avons attiré 8000 festivaliers, une dynamique très forte et symbolique. C’est parti, nous travaillons sur la 2e édition qui se déroulera du 23 au 26 mars 2023 et nous passerons à 40 spectacles dans 10 lieux de Namur. Un grand bonheur.

Vos bureaux sont installés au TRAKK, pépinière de start-ups très représentative de la nouvelle dynamique de Namur. Un lieu inspirant ?
Le TRAKK symbolise vraiment le mouvement dans lequel Namur se trouve. Avec ce type de concept, elle n’a rien à envier aux plus grandes villes, à savoir un lieu de créativité comprenant une vingtaine de sociétés innovantes à qui on donne la possibilité de nouer des contacts et de démarrer au mieux. C’est là que j’ai rencontré l’équipe qui gère mes sites web, un vidéaste, une personne qui va m’accompagner sur le festival…

Lire aussi >Namur en 5 endroits qui font vibrer la scène culturelle

 

©DR

Pour quelles raisons aimez-vous tellement Namur ?
Parce que je l’ai vécu par phases et différemment à chaque fois. Je suis né à Namur mais j’ai vécu jusqu’à mes 18 ans dans le village d’Assesse. Aller à Namur c’était aller en ville ! Faire les magasins, aller au resto, se rendre aux Wallos (Fêtes de Wallonie) … Du coup, je vivais Namur comme une sortie exceptionnelle. Par après, ma maman s’est installée à Jambes et j’ai pu vivre la ville de manière plus intense, en en apprenant plus sur son histoire, ses lieux… Pour enfin décider de m’y installer et y créer des projets en appréciant son énergie et toutes ses facettes. Ce sont ces trois phases de découverte qui font de moi un vrai Namurois. Namur se revendique de plus en plus comme internationale mais a su rester à taille humaine.

Quels sont vos lieux emblématiques où vous revenez toujours avec plaisir ?
Comment ne pas citer en premier la Citadelle, au croisement de la Sambre et de la Meuse ? J’ai beau y être habitué, je trouve cet endroit exceptionnel. D’autant que plusieurs restaurations y ont été faites, dont celle de ses souterrains. Et du haut de la Citadelle, on surplombe la Confluence et son Pavillon, un lieu devenu très emblématique et populaire. Mais j’ai aussi un faible pour le centre-ville, la Place du Marché aux Légumes et ses rues avoisinantes pleines de commerces et de chouettes restaurants.

Où aimez-vous aller vous promener seul ?
J’aime, en journée, me balader le long des rives, du côté des quais et du halage. Vous pouvez marcher tranquillement au bord de l’eau et pousser, à pied ou à vélo, jusqu’à Wépion pour y acheter une glace ou une portion de fraises. Mais en famille et avec les amis, c’est direct au resto. J’apprécie La Table de Demain (19 rue des Bouchers) ou encore la brasserie Le Panorama en haut de la Citadelle. Sans oublier les fameux bars namurois, dans la rue des Brasseurs qui a repris des couleurs. Botanical by Alfonse, Vino Vino, L’Arsène Café…. C’est devenu « the place to be » de Namur.

Lire aussi >La parole à Maxime Prévot : Namur, plus attractive que jamais

Une salle de spectacle ?
Si le Théâtre de Namur et le Delta sont bien sûr des incontournables, j’aime particulièrement la Nef, installée dans l’ancienne église Notre Dame d’Harscamp. Un chouette lieu de spectacle rue Saint-Nicolas.

Quelques adresses gourmandes et de cadeaux ?
Il y a un restaurant-épicerie italienne que j’aime beaucoup, il s’agit de L’Huile sur le Feu (19 rue de Marchovelette), j’adore y découvrir leurs produits. Et je me rends souvent au Pain Quotidien de Jambes (54 Av. du Bourgmestre Jean Materne) J’offre souvent des fleurs, entre ma maman, mes sœurs mon amoureuse et mes collaboratrices, je suis entouré de femmes ! Je vais chez le plus ancien fleuriste de Namur Arôma Fleurs, ils ont 3 adresses à Erpent, Jambes et Namur. J’aime aussi aller à l’atelier de l’artiste Folisabelle (489 chaussée de Marche) pour de belles idées cadeaux. Mais les rues du centre sont aussi pleines de boutiques de créateurs et d’artisans.

Mots-clés:
Namur Namur is a joke
CIM Internet