Paris Match Belgique

Ellezelles : terre d’enchantements et de sorcellerie

L’église Saint-Pierre-aux-Liens à Ellezelles. | © Vincent Rocher

Voyages

Patrimoine et folklore au Pays des Collines.


Par Frédéric Marchesani / Photos Vincent Rocher

Située dans la province du Hainaut, au nord de l’arrondissement d’Ath, la commune d’Ellezelles voisine avec la frontière linguistique. Cette bourgade champêtre au nom chantant comporte trois sections, Ellezelles, Lahamaide et Wodecq, ainsi qu’un très grand nombre de hameaux. Elle se situe au cœur du Pays des Collines, une zone naturelle située entre l’Escaut et la Dendre qui se caractérise par son aspect vallonné.

Topographiquement, il s’agit de la même région que les Ardennes flamandes de la Flandre immédiatement voisine. Une fois par an, Ellezelles est peuplé par des sorcières qui commémorent leur sabbat, un rassemblement nocturne devenu un événement du folklore local. C’est en l’an 1610 que, pour sorcellerie, Quintine de la Glisserie est condamnée au bûcher avec quatre autres femmes. Le 1er juillet 1972 a lieu un premier spectacle et depuis, chaque dernier samedi du mois de juin, le sabbat des sorcières attire de nombreux visiteurs. La célèbre sorcière Quintine a également donné son nom à une bière brassée dans le village.

Côté patrimoine, la commune compte 82 biens repris à l’inventaire du patrimoine immobilier et compte quatre monuments et deux sites classés.

L’église Saint-Pierre-aux-Liens. Dominant la place de sa silhouette trapue, l’église d’Ellezelles est un intéressant édifice dont la construction semble s’être échelonnée du XVe au XVIIIe siècle. Partie la plus ancienne, la tour gothique, enserrée entre les annexes occidentales de la nef, a été érigée en pierre de Tournai au début du XVe siècle, tout du moins en ce qui concerne sa base et le premier étage. Les niveaux supérieurs ont été construits en grès en 1643.

Elle rappelle les églises-halles du Moyen Âge, fréquentes dans les contrées germaniques mais plus rares en Hainaut. À la fin du XIXe siècle, des modifications de goût néogothique sont entreprises : ajout d’une sacristie nord, rétrécissement des fenêtres des collatéraux et restauration de la tour. Le mobilier date principalement du XVIIIe siècle. Pépite des lieux, le maître-autel baroque tardif comporte un retable du XVIe siècle. L’église a été classée en 1959.

Le moulin du Cat sauvage et ses abords. Ce très beau moulin à vent à corps tournant nous transporterait presque aux Pays-Bas ! Il a été érigé en 1750-1751 par le meunier Dominique van Lierde. Il passe dès 1791 par héritage aux Lizon, qui en assurent l’exploitation jusqu’en 1935. Le nouveau propriétaire, Marcel Beckers, modernise la machinerie mais revend le bien en 1939. Arrêté par la Seconde Guerre mondiale, devenu non rentable, le moulin est abandonné.

 

Moulin du Cat sauvage. @Vincent Rocher

En 1969-1970, il est sauvé et restauré par le syndicat d’initiative d’Ellezelles et par la Fédération du tourisme du Hainaut, propriétaires des lieux depuis 1958. Dressé sur une crête culminant à 116 m de hauteur, il a été érigé entièrement en bois. Il y a bien longtemps, l’endroit où il se trouve était dénommé Tombelle ou Camp del Rocq. Dans les années 1770, sur les célèbres cartes de Ferraris, on trouve mention du hameau du Cat sauvage.

On disait alors que les Gaulois entraînaient ici des chats sauvages pour la chasse au petit bétail. Mais cette information est invérifiable et, au XVIIIe siècle, nul ne pouvait se rappeler de l’époque gauloise ! Il semble surtout qu’ici comme ailleurs à la campagne, la région ne manquait de matous sans propriétaire. Le moulin est sommé d’une bâtière d’ardoises plantée d’une girouette, installée à la fin de la campagne de restauration et représentant… un chat ! Il a été classé comme monument en 1960 et comme site en 1974.

La chapelle Notre-Dame de la Paix. Non loin de l’entrée orientale du village d’Ellezelles se trouve un site planté de peupliers et de saules têtards sur lequel coule un ruisseau. C’est dans ce cadre champêtre qu’est implantée la chapelle Notre-Dame de la Paix. Elle était autrefois fréquentée par les femmes venant prier pour assurer leur fécondité. Le sanctuaire a été édifié en 1672, comme l’indiquent les ancres présentes sur le pignon de la façade. Il a été classé en 1980.

Lire aussi >Flobecq: on vous emmène au coeur du parc naturel du pays des collines

 

Chapelle Notre Dame de la Paix dans le hameau de Padraye. @Vincent Rocher

Le moulin de Mouflu. Cet ancien moulin à eau et à farine, dont la roue a été classée en 1990, a été bâti entre 1789 et 1823 en bordure du rieu du Tordoir. Situé non loin d’un promontoire sur lequel est établi le village de Wodecq, le ruisseau été canalisé afin de servir à l’industrie. La construction actuelle se présente sous la forme d’une vaste bâtisse qui abritait autrefois, sous le même toit, deux habitations mitoyennes. Ce n’est que par la suite que le moulin proprement dit a été construit dans leur prolongement. Présentant un plan presque carré, il se greffe sur le cours d’eau.

C’est là que se trouve une très grande roue, de près de 6 m de diamètre, entièrement en métal. Elle s’appuie d’un côté sur le moulin lui-même et, de l’autre, sur un massif de maçonnerie établi au milieu de la rivière. Impressionnante, elle date de la fin du XVIIIe siècle et est reconnue comme une des plus grandes roues de cette époque existant en Belgique. C’est ce qui a motivé son classement comme monument, au contraire du reste du bâtiment. En 1960, un moteur électrique vient remplacer la machinerie ancienne. En 1970, les activités de meunerie cessent au Mouflu. Racheté et transformé, il retrouve une nouvelle vie en 2010 avec l’installation d’une brasserie et de chambres d’hôte.

 

Village de Wodecq – Moulin du Moufflu. @Vincent Rocher

Un patrimoine riche et varié. La commune possède bien d’autres atouts patrimoniaux, qu’on découvre au fil de balades champêtres. Il est impossible d’en dresser un inventaire exhaustif, mais on peut citer la ferme de Fourquepire à Ellezelles, dont les bâtiments datent des XVIIIe et XIXe siècles. À Lahamaide, le château d’Egmont est le dernier vestige d’un site castral connu depuis le XIIe siècle et qui a évolué au fil du temps. Il ne reste aujourd’hui qu’un corps du début du XVIIe siècle qui abritait des écuries et un petit logis. Enfin, dans le village de Wodecq, c’est l’église Saint-Quentin qui attire le regard. Édifiée en style néoclassique en 1835, elle a conservé l’extrémité occidentale et la tour d’une église de style gothique précoce érigée au XIIIe siècle.

Il y a bien des choses à découvrir au Pays des Collines. N’hésitez pas à profiter des belles lumières d’automne pour aller y faire un tour.

Lire aussi >À la découverte d’Enghien, ville d’art et d’histoire

LE SENTIER DE L’ETRANGE

Au départ de la maison du Pays des Collines, le Sentier de l’étrange vous invite à une balade de 5 km, curieuse et insolite. Vous y découvrirez des représentations de sorcières, loups-garous et autres créatures. Celles-ci sont nées de l’esprit de Watkyne, un peintre, sculpteur, écrivain et dessinateur originaire d’Ellezelles. Chaque année, de nouvelles œuvres viennent embellir cette promenade unique.
Le Sentier de l’étrange, une balade bucolique et insolite.

 

Sentier de l’étrange – parcours sentier chemin arts sorcières. @Vincent Rocher

UN MUSEE ECOLOGIQUE

Dans le village voisin de Lahamaide se trouve l’écomusée du Pays des Collines, un musée écologique créé en 1975 pour présenter les traditions rurales. On y trouve des reconstitutions de lieux emblématiques de la vie d’autrefois comme un estaminet, une forge ou encore une saboterie. Les mises en scènes présentent objets et outils caractéristiques. À côté, la maison Louise a conservé intact l’aménagement intérieur d’une fermette des années 1950.

INFOS
Écomusée du Pays des Collines
Plada 6 à 7890 Lahamaide
+032 (0)68 64 51 55 – info@ecomusee.eu

AU CŒUR DU PAYS DES COLLINES

 

Paysage typique Pays des collines. @Vincent Rocher

Ellezelles, qui abrite la Maison du Pays des Collines, trône au centre de ce parc naturel. Région de bosquets et de bocages, celui-ci regroupe les communes de Flobecq, Ellezelles, Frasnes-lez-Anvaing, Mont-de-l’Enclus, ainsi que trois villages d’Ath : Ostiches, Houtaing et Mainvault. On y admire des paysages variés de plaines, de bas-plateaux et de collines qui invitent à la promenade grâce à un réseau de points nœuds pédestres et cyclo, qui a récemment fait l’objet d’une refonte complète. Une nouvelle carte des circuits vélo – qui couvrent 1 600 km – est ainsi disponible, au même titre qu’un nouveau topoguide. Les sentiers pédestres, composés de balades thématiques, cumulent quant à eux 350 km de balade. Toutes ces cartes et d’autres infos peuvent être obtenues à la Maison du Pays des Collines, ouverte du mardi au dimanche de 9 h à 17 h.

INFOS
Maison du Pays des Collines
Ruelle des Écoles 1 à 7890 Ellezelles
+32 (0)68 54 46 03 – info@maisondupaysdescollines.be
www.maisondupaysdescollines.be

 

CIM Internet