Paris Match Belgique

La vie de palazzo à Rome dans l’écrin atypique du G-Rough

Le cadre mêle à merveille contemporain et détails anciens

Voyages

En plein coeur de la Cité éternelle, le G-Rough offre une expérience opulente et atypique, mêlant design italien contemporain, héritage des palazzos romains et élégance intemporelle. Une certaine vision de la dolce vita à laquelle on adhère avec délice. 

Surtout, ne pas se laisse tromper par sa devanture discrète, mais bien lever la tête, car gravé dans la pierre, le G-Rough annonce la couleur: satis ampla quae securitate rideat. Soit « suffisamment grand pour y rire en sécurité », et qu’il est bon de rire en effet dans le cadre unique et élégant du G-Rough. À l’ombre de la place Navonne, cet établissement confidentiel de dix suites seulement étonne par son souci du détail et ravit par son opulence palatiale.

Lire aussi > Défilé Dior Croisière 2018 : mirage enchanteur sous le soleil de Californie

Home suite home

Rien d’ostentatoire, toutefois : le G-Rough est empreint de l’élégance des nobles familles italiennes. D’ailleurs, le credo de l’établissement en atteste: ici les hôtes ne se trouvent pas dans un hotel mais dans une maison. Et quelle maison: pousser la porte d’une des suites imaginées en hommages aux grands noms du design italien, c’est se retrouver immédiatement transporté dans un univers atypique, luxueux et coloré. Ainsi, dans la suite Ico, coup de foudre incompressible pour tout amateur de déco. De la mosaïque bleu profond de la salle de bains au velours pourpre du canapé sans oublier les murs ouvragés de la chambre a coucher, ce n’est pas le diable que l’on retrouve ici dans les détails mais bien un goût exquis.

Vitrine pour les créateurs italiens

Derrière ce cadre d’exception se cache l’oeil aiguisé du propriétaire de l’hôtel, Gabriele Salini, collectionneur passionné qui n’a pas hésité à parsemer l’établissement de quelques unes des oeuvres de sa collection. C’est ainsi que des photographies contemporaines signées Massimo Vitali côtoient des objets de design imaginés par des grands noms de la création italienne tels que Gio Ponti, Guglielmo Ulrich et Ico Parisi. Des créateurs qui donnent leurs noms aux suites, au gré des oeuvres qui y sont exposées.

Accueil chaleureux

Malgré le luxe de l’endroit, l’accueil est tout sauf guindé. De l’accent québécois chantant du manager du G-Rough aux sourires contagieux du reste de l’équipe, tout est fait pour que les hôtes se sentent bien. Et pourquoi pas, en commençant la soirée avec un cocktail maison, siroté dans le bar design du G-Rough, avec vue imprenable sur le ballet de la place Pasquino. Outre sa proximité avec la place Navonne et le marché de Campo di Fiori, l’hôtel a également l’avantage d’être à deux minutes à pied seulement de chez Roscioli, hybride de traiteur, restaurant, salumeria et boulangerie où les chefs de la capitale italienne se rassemblent une fois leur service fini pour savourer des produits aussi exceptionnels que bon marché.

Expérience unique

Outre sa décoration atypique, le G-Rough propose également des itinéraires alternatifs pour découvrir Rome autrement, qu’il s’agisse de la parcourir les cheveux au vent sur une Vesta, de visiter la fraîcheur des catacombes ou encore de faire un détour par l’Accademia di Costume e Moda pour s’y dessiner un sac sur mesure. Mais d’abord, prendre des forces dans l’écrin de velours et de miroirs de l’espace petit-déjeuner, où l’on savoure buffet de gâteaux, café serré et avocado toasts aux oeufs pochés. La dolce vita moderne, entre cosmopolitisme et élégance à l’italienne. Et tant pis, si le rêve a un prix, qui se chiffre ici entre 450 et 3 500 euros la nuit : on ne vit qu’une fois, alors autant faire le plein de felicità.

CIM Internet