Paris Match Belgique

Un « microcontinent » perdu découvert sous l’île Maurice

Sous l'île Maurice se trouverait le microcontinent "Mauritia" | © BELGA/AGEFOTOSTOCK

Voyages

De nouvelles preuves scientifiques viennent de confirmer l’existence d’un microcontinent, résultat d’une fracture supercontinentale survenue il y a environ 200 millions d’années. Enfoui sous l’île Maurice dans l’océan indien, il serait apparu sous l’ère du Jurassique.

 

Baptisé « Mauritia », une étude affirmait dèjà l’existence de ce microcontinent en 2013 suite à la découverte de grains de roches volcaniques retrouvés sur une plage de l’île Maurice. Et aujourd’hui, l’analyse d’échantillons de microcristaux de zircon -un minéral résistant à l’érosion et aux changements climatiques et qui se retrouve dans la lave- vient bien de la confirmer dans une nouvelle étude publiée le 31 janvier 2017 dans la revue Nature Communications, menée par Lewis Ashwal, Michael Wiedenbeck et Trond H. Torsvik. Les trois chercheurs de l’Université de Witwatersrand à Johannesburg en Afrique du Sud expliquent : « La Terre est composée de deux parties : les continents, qui sont ‘vieux’, et les océans, qui sont ‘jeunes’. Nous étudions la fracture des continents pour comprendre l’histoire géologique de la planète. (…) Maurice est une île et ne possède pas de roche plus vieille de 9 millions d’années. Mais en étudiant ses roches, on a trouvé du zircon datant de 3 milliards d’années. (…) Les zircons archaïques dans des rochers océaniques de l’époque du Miocène établissent l’existence d’une ancienne croûte continentale sous Maurice ». Aussi, ce zircon était incrusté dans de la roche volcanique, ce qui « réfute toutes suggestions de zircons soufflés par le vent ou transportés par les vagues », précise Lewis Ashwal, géologue et co-auteur de l’étude, faisant écho aux critiques faites après la publication de la première étude.

 

Un microcontinent apparu à l’ère du Jurassique

« Mauritia » serait âgée de -200 à -145 millions d’années et serait le résultat de la dislocation de l’ancien supercontinent Gondwana,vieux 600 millions d’années. Cette croûte terrestre se serait décrochée de Madagascar puis aurait été recouverte par la lave et l’océan avant de s’engloutir sous l’île Maurice, rendant ainsi « Mauritia » invisible et indétectable pendant tout ce temps. « Le morceau de croûte, qui était principalement couvert de lave pendant les éruptions volcaniques sur l’île, semble être une petite pièce d’un ancien continent qui s’est cassé de Madagascar lorsque l’Afrique, l’Inde, l’Australie et l’Antarctique se sont séparés en formant l’Océan Indien », ajoute Lewis Ashwal. « Sur les continents, vous trouverez des roches qui ont plus de quatre milliards d’années, mais vous ne trouvez rien de tel dans les océans où de nouvelles roches sont formées », poursuit le professeur Ashwal.

© Wits University

 


Lire aussi > La Tasmanie : une île aux trésors bien gardés

 

CIM Internet