Paris Match Belgique

Aquatis : Plongée dans le plus grand aquarium d’eau douce d’Europe

Des visiteurs sous un tunnel de verre à Aquatis. | © BELGA/AFP PHOTO/Fabrice COFFRINI

Voyages

À Lausanne, un monstre de 3 500 mètres carrés vient d’ouvrir ses portes. Bienvenue à Aquatis, le plus grand aquarium-vivarium d’eau douce d’Europe.

 

D’après un article Paris Match France de Juliette Camus et Camille Hazard


C’est un voyage à travers les cinq continents que nous propose Aquatis, le nouvel aquarium de Lausanne, qui a ouvert ses portes samedi. Cet établissement de 3 500 mètres carrés, encore en chantier trois jours avant son ouverture, peut se vanter d’être le plus grand aquarium-vivarium d’eau douce de toute l’Europe. 10 000 poissons venus d’Afrique, d’Europe, d’Océanie, d’Amérique et d’Asie se partagent 46 aquariums dans lesquels deux millions de litres d’eau douce ont été versés. Ce projet n’aura pas été rendu possible sans le biologiste Frédéric Ravatin, qui a imaginé l’intégralité de la scénographie de l’aquarium. Grâce à des jeux de miroirs, écrans, projections et superbes maquettes, cet artiste-scientifique nous en apprend davantage sur les différences espèces exposées. À tel point que les animaux pourraient passer en second plan…

Lire aussi > Une piscine de requins retrouvée dans un sous-sol new-yorkais

On découvre ainsi dans un sublime décor de glaciers des populations de poissons vivants dans les cours d’eau des Alpes, puis des bassins de poissons originaires du lac Léman, situé au pied même de la ville de Lausanne. Loches, gardons, lottes et perches s’entremêlent le long d’un cours d’eau projeté sur un miroir au sol, comme si on était à bord du bateau qui le traverse. Grâce aux dons du vivarium de Lausanne, de nombreuses espèces locales comme le silure, qui peut atteindre 2,50 mètres de long, ont pu rejoindre Aquatis, créant ainsi un espace centré autour de la région du Rhône.

Un autre espace nommé « Evolution » traverse les différents niveaux pour permettre aux visiteurs de découvrir des espèces qui ont peuplées nos lacs et mers il y a des millions d’années. Saviez-vous que les baleines étaient des mammifères terrestres autrefois ? Vous croiserez aussi l’Arapaïma, un poisson d’Amazonie menacé d’extinction qui peut vivre dans des eaux peu oxygénés et qui développer des aptitudes humaines, ainsi que le bossu de Malawi, un poisson qui protège ses bébés dans sa bouche. Puis dans les espaces « Afrique », « Asie » ou « Océanie », les crocodiles sacrés du nord de l’Afrique, les vipères du Gabon de l’Ouest, le dragon de Komodo, les raies d’eau douce de Leopolde ou les piranhas à ventre rouge feront frémir les plus petits.

Sensibiliser les visiteurs

Ce sont des spécialistes de la biodiversité du CNRS et de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) qui ont participé à la création de ces espaces de vie aquatique et terrestres, afin que chaque espèce soit au plus près de son habitat naturel, bien qu’elle soit en captivité. Et ça a déjà fait son effet. « Les crocodiles sacrés et des raies se sont déjà reproduits de manière inattendue. Ces reproductions en captivité permettent de limiter les prélèvements d’animaux dans la nature », nous explique Angélique Vallée Sygut, océanographe et directrice d’exploitation d’Aquatis. Selon elle, ces prouesses pourraient -peut-être- à terme entraîner des projets de réintroduction d’espèces en voie d’extinction dans la nature. « Il faut le faire intelligemment. Il ne s’agit pas de réintroduire des espèces pour le plaisir. Il faut voir comment ces animaux s’adaptent à leur nouveau milieu », nuance-t-elle. Sensibiliser le public à la préservation des espèces les plus fragiles et comprendre leur environnement en mettant en valeur des espèces en voie de disparition, c’est aussi un des buts d’Aquatis.

Ces motivations n’ont toutefois pas convaincu les défenseurs de la nature. La Fondation Franz Weber a dénoncé le fait de garder des espèces en captivité. « Il est farfelu de vouloir enfermer le monde marin, c’est cruel pour les animaux et absurde de créer un environnement entièrement artificiel et de plonger le public dans une fausse réalité », a déclaré à 20 Minutes Vera Weber, sa présidente.

CIM Internet