Paris Match Belgique

Maroc : Sur les routes touristiques du cannabis

maroc cannabis

Une Allemande amoureuse de la région. | © AFP PHOTO / FADEL SENNA

Voyages

Les guides de voyage et les promoteurs du tourisme au Maroc n’en parlent jamais. Et pourtant, le tourisme du cannabis attire chaque année dans ce pays des milliers de visiteurs amateurs de « kif ».

« Le climat ici est très spécial. Rien ne pousse à part le kif ! », plaisante Hassan, un quadragénaire rencontré dans un hôtel de la région de Ketama (nord), considérée comme « la Mecque de la production de haschich ».

Attablée dans le bar de l’hôtel, Beatrix, une Allemande de 57 ans au look baba cool, roule un joint au vu de tout le monde. Celle qui se dit « habituée des lieux » explique être « tombée amoureuse » de la région pour « la qualité de son haschich et la gentillesse de ses habitants ».

Lire aussi > Des universités américaines proposent des cours de cannabis à leurs étudiants

Interdit dans le pays, toléré à Ketama

Au Maroc, où la culture du cannabis faisait vivre 90 000 ménages en 2013, selon les derniers chiffres officiels disponibles, vendre ou consommer de la drogue est interdit par la loi. Mais à Ketama, où d’abondantes plantations de kif accueillent le visiteur, le haschich fait partie du patrimoine local et sa consommation est largement tolérée. Quelques milliers de touristes viennent chaque année à Ketama, principalement d’Europe, mais aussi des grandes villes marocaines.

Lire aussi > Le business du cannabis aux États-Unis

À une centaine de kilomètres à vol d’oiseau, la ville de Chefchaouen, avec sa médina bleue accrochée à flanc de montagne, a progressivement ravi à Ketama sa position de destination phare. Avec ses maisons pittoresques, ses ruelles entrelacées, ses venelles pavées, celle que l’on surnomme « Chaouen » est le chef-lieu d’une autre région réputée pour sa production de kif.

La ville est toutefois parvenue en quelques années à élargir la palette de ses visiteurs. « Il y a 20 ans, les touristes étaient essentiellement de jeunes Espagnols qui venaient fumer. Maintenant, les non-fumeurs viennent aussi pour le bleu de la ville, très apprécié par les touristes chinois », explique le patron d’une agence de voyage.

(Avec Belga)

Mots-clés:
tourisme cannabis maroc
CIM Internet